Lutte contre les entraves du commerce transfrontalier : des agences de promotions des exportations réfléchissent, à Abidjan

Deux jours durant (25-26 juillet 2017), les pays membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vont réfléchir, à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Et ce, sous l’égide de l’Alliance Borderless et du Programme pour la Libre Circulation des Produits Agricoles en Afrique de l'Ouest et du Centre (ProFAB), en travaux avec les Agences de Promotion des Exportations des Etats Membres de ladite institution sous-régionale.


L’objectif général, de la présente rencontre des Agences de Promotion des Exportations s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’une des recommandations de la 4ème Conférence Annuelle de l’Alliance Borderless, selon M. Justin Bayili, son Secrétaire Exécutif. Laquelle, dit-il, est placée sous le thème : "Informations Commerciales, facteurs de l’accroissement des échanges intracommunautaires : Cas spécifique des produits agricoles et alimentaires."
 
La rencontre, souligne-t-il, vise à renforcer le dialogue entre les Etats de la CEDEAO pour la mise en place d’un système d’échanges d’informations commerciales, au profit du développement des échanges intra-communautaires.
 
Aussi, déplore-t-il, le faible taux du Schéma de Libéralisation des Echanges (SLE) de la zone CEDEAO qui n’est que de 12%, après trente cinq ans de sa mise en œuvre. " (…) Le SLE n’a pas permis de relever le niveau des échanges intra-communautaires qui est loin derrière d’autres régions du monde : Europe (71%), Asie (53%) et Amérique du Sud (48%)", a-t-il martelé.

En outre, les contreperformances, a-t-il asséné, sont dues entre autres à différentes causes connues. A savoir, éclaire-t-il, la faible capacité de transformation des matières premières locales, la persistance des barrières tarifaires et non tarifaires incompatibles avec les protocoles de la région sur de la libre circulation des biens et des personnes, la mauvaise qualité des infrastructures routières et aux coûts élevés des transactions et surtout des transports, la quai inexistence d’un système d’échange d’information commerciale coordonnées entre les agences nationales en charge de la promotion des exportations au profit des acteurs du commerce transfrontalier, etc.

Toutes ces contraintes, a-t-il poursuivi, retardent ou bloquent le développement des échanges intracommunautaires nonobstant les potentiels d’exportation surtout de produits agricoles dont regorge chaque pays membre de la CEDEAO.

Mieux, de manière spécifique, la rencontre vise à regrouper les responsables des agences de promotion des exportations et des représentants des institutions régionales et internationales d’appui au commerce autour de la thématique de l’impact de l’information commerciale sur l’accroissement des échanges intracommunautaires, indique la note conceptuelle des assises.

Aussi, permettra-t-elle, aux dirigeants des agences de promotion des exportations de s’approprier l’importance de l’information commerciale dans le développement des exportations, de faire l’état des lieux des systèmes d’information commerciale.

"Recueillir les préoccupations spécifiques des agences de promotion des exportations en matière d’informations commerciales sur les opportunités d’affaires en Afrique de l’Ouest, proposer un document de collaboration entre les agences de promotion des exportations de la CEDEAO, proposer le plan de mise en place d’un système d’information commerciale entre les agences de promotion des exportations de la CEDEAO, jeter les bases d’un réseau des Agences de Promotions des Exportations, formuler des recommandations à la Commission de la CEDEAO et ses partenaires dans le cadre de la collaboration avec les agences de promotion des exportations de la région", sont au menu des objectifs spécifiques de ces travaux d’Abidjan.

Pour ces résultats attendus, précise la même note conceptuelle, ils se résument en trois points essentiels que sont : le cadre régional de collaboration entre les agences de promotion des exportations de la CEDEAO est adopté, des recommandations pour une collaboration efficace entre la Commission de la CEDEAO et les agences de promotion des exportations au profit du secteur privé sont formulées, des recommandations en faveur de la mise en place d’un système d’information commerciale entre les agences de promotion des exportations sont formulées.

Au pupitre d’allocutions de cette cérémonie, s’étaient succédé MM. Jonas Lago, Président national de l’Alliance Borderless, Guy M’Bengue, Directeur Général de l’APEX-CI et  Aka Angui, Directeur de Cabinet Adjoint du MlAIE. Le fond de leur message n’a pas varié. Ils ont tous manifesté une volonté commune. A savoir : atteindre les buts poursuivis par les Agences de Promotion des Exportations des Etats membres de la CEDEAO qui boucleront leurs travaux dans l’après-midi de ce mercredi 26 juillet 2017.

Bruno Kouassi
25 Jul 2017 18:19

 

Source : La Médiane

Read 2265 times Last modified on Thursday, 27 July 2017 12:23
logo

Information, communication and advocacy for the elimination of barriers to regional trade in West Africa.

Newsletter

Subscribe to our newsletters to receive latest news and updates.
© 2017 Programme Foods Accross Borders - PROFAB. All Rights Reserved. Designed By Profab